Arthemis
Bienvenue sur le serveur Minecraft à vocation RP Arthémis!

Venez découvrir l'univers du continent d'Arthémis, encore sauvage. venez aider à le peupler, à l'explorer, à le coloniser progressivement et à y ériger de nombreuses Cités!



 
AccueilPortailRèglementCalendrierFAQRechercherMembresGroupesMétiersS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Luxury!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
narviath

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 21

MessageSujet: L'histoire de Luxury!   Mer 22 Oct - 23:08

Voici l'histoire de la création de la cité de Luxury!


Chapitre 1 : Retrouvaille, projet et préparation
 
          Cela faisait déjà plusieurs années que j’aidais, dans diverses tâches, les habitants d’Oolacite. J’étais devenu un agriculteur reconnu et expérimenté. Je vendais mon pain, durement cultivé, dans le marché d’Oolacite afin de me faire un peu d’argent et ainsi payer le loyer de ma maison et du champ. Je vivais une vie tranquille et agréable dans ce nouveau havre de paix que sont Arthémis et Oolacite.
 
          Un beau jour un nouvel arrivage de colons débarqua à Oolacite, pour la ville, chaque débarquement était comme un évènement, tous venaient, voir les nouveaux colons descendre du bateau et admirer pour la première fois le nouveau continent. Certes, tous ne venaient pas pour les mêmes raisons, certains venaient pour le nouvel arrivage d’esclaves, d’autres venaient voir s'il n’y avait pas des gens de leur entourage dans les colons, et d’autres juste pour la beauté de l’évènement.
 
Ayant finis de m’occuper des champs assez tôt je pus assister au débarquement, quel ne fut pas mon étonnement quand je vis Dédale s’avancer et descendre du bateau !
Un spasme de rancune m’envahit, je commençai à courir dans sa direction arriver à deux mètres de lui je pris appui sur un homme, ramassant un objet au sol, et sauta en l’air pour  assener une grande droite dans le visage de Dédale. Il s’écroula au sol surpris par le coup. Après deux secondes d’inconscience, Dédale se releva et se positionna en posture défensive, nos regards se croisèrent… et immédiatement il se détendit. Me voyant une larme coulée sur ma joue, il ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais je lui fis signe de ne rien dire et de juste me suivre. Je l’emmenai chez moi, et lui indiqua de s’asseoir à la table, je sortis un alcool à base de pomme ainsi que deux verres et en servit, puis j’allai m’asseoir à la table.
Nous restâmes un long moment à nous fixer, observant les changements de l’autre. Je pris une grande gorgé de mon verre et dit : " Je te retrouve enfin…ça faisait longtemps…merci de m’avoir prévenu de ton départ….
         - Je suis désolé de ne pas t’avoir prévenu, je pensais que cela te ferai moins de mal de ne pas savoir où j’allais…
         - C’est vrai que tu n’es pas celui que je considère comme mon frère et celui qui le sera pour toujours ! Durant toutes ces années je n’ai fait que penser à toi, me demandé si tu étais encore en vie, surtout après l’épisode dans l’arène quand j’ai pu constater que sans moi tu aurais pu mourir…
         - C’était bien toi ce jour-là ? Pourquoi t’être enfui après ?
         - Je ne sais pas je ne me sentais pas à ma place ici, j’ai eu une vie un peu compliqué... »
Je sortis un boomerang de mon manteau posé sur une commode : « ça ne te dis rien ça ?
         - Tu es le voleur au boomerang ?
         - Oui…pas forcément les meilleurs souvenir de ma vie, mais je t’en raconterai d’avantage une autre fois, pour le moment dis-moi qu’est-ce que tu viens faire ici ?
         - Tu me connais moi et ma passion pour les mythes et l’inconnu…je n’ai pas pu résister ! dit-il en rigolant
         - C’est bien ce que je pensais, mais je te le dis tout de suite si jamais tu repars sans prévenir ce ne sera pas qu’une droite que tu recevras quand je te retrouverai !
         - Oui…je ne sais pas comment tu pourrais me pardonner…mais je ferais tout mon possible…
         - C’est impossible, jamais cette blessure ne se refermera… "
Fatigué de son voyage Dédale me demanda où il pourrait trouver un endroit où dormir, je cru que j’allais devoir lui remettre une droite pour qu’il retrouve toute sa tête…il était évident que j’allais l’héberger.
 
         Une demi année passa ainsi, Dédale était devenu, grâce à sa force acquis dans les arènes, un bucheron, puissant et précis capable de vous abattre un arbre à main nue.
Un soir il rentra avec un vieux grimoire poussiéreux qu’il avait soit disant trouvé dans un " arbre magique ". Sur ce livre était inscrit " Journal de Grind Starlow ". Dédale me raconta que ce journal parlait des aventures de ce Grind Starlow qui était un explorateur solitaire. Ce qui avait le plus marqué mon frère fût lorsque cet explorateur décrivait un endroit où l’eau, la terre et l’air formait un lieu merveilleux, un lieu façonné par les mains même de Dieu, un lieu au paysage époustouflant. Je compris de suite, en voyant les yeux pétillants de Dédale, quel serait sa prochaine question.
" Dis Narviath, tu connais mon envie de découvrir les nouveaux mythes ? Ça ne te dirait pas de partir à l’aventure une nouvelle fois et chercher ce lieu mythique ? Mais cette fois on le fera ensemble ! "
          Il savait très bien que dans l’état qu’il était je ne pouvais rien lui refuser, mais je me devais de lui imposer certaines règles : " C’est d’accord mais on ne part pas sans rien se préparer et sans savoir où l’on va. Donc je veux qu’on étudie à fond ce journal et que l’on prépare comme il se faut cette expédition, il nous faudra des hommes et des ressources ! "
Dédale ne rétorqua pas trop heureux de mon accord.
          Pendant 4 mois nous avons lu et étudié en long en large et en travers ce journal, et grâce à une carte nous avons pu retracer le parcours de cet explorateur, ce Grind Starlow.
Sachant enfin où nous voulions aller, il nous fallait à présent des hommes !
 
 
          Mais plus que des hommes il nous fallait surtout un financement. Le problème étant de trouver quelqu’un d’assez fou pour financer un projet reposant uniquement sur un vieux journal poussiéreux. C’est grâce à l’aide de quelques habitants d'Oolacite que nous entendîmes parler d'un vieillard enchanteur qui vivait maintenant en marge de la société et qui c'était fait une bonne fortune dans ces bonnes années d'enchantement, et qui maintenant recherchait un endroit paisible où vivre mais surtout un nouveau marché ainsi que de nouveaux clients.
        Nous apprîmes où il résidait ainsi que son nom, Baptiste. Dédale et moi partions donc à sa rencontre. Enfin arrivé devant sa maison je frappai à sa porte. Nous entendîmes plusieurs grognements comme si notre visite n’enchantait pas vraiment cet homme. Mais la porte fini par s'ouvrir et laisser place à un homme de taille moyenne habillé de long drap gris avec juste un ceinture en cuir à la taille, on ne pouvait discerné sa chevelure de sa barbe, tellement leurs couleurs se mélangeaient et leurs longueurs se suivaient.
        "Que me voulez-vous? J'ai déjà payé mes impôts vous savez!"
Je m'empressai de prendre la parole afin d'éclaircir la situation: " Bonjour monsieur je me présente Narviath et voici mon frère et compagnon de toujours Dédale, Dédale fit un signe de salutation de la tête, et nous ne sommes pas des percepteurs rassurez-vous. Nous sommes juste deux hommes plein d'ambition et de rêves avec un projet, mais pour pouvoir le réaliser nous avons besoin de votre aide... Le vieillard me coupa la parole
        - Vous voulez me demander mon argent c'est ça? Vous êtes des brigands c'est ça? Venu voler un vieillard sans défense!
        - Mais il est vraiment fou, on ne nous avait pas menti, me chuchota Dédale,
        - Mais non mon bon monsieur on ne veut pas vous le voler votre argent nous parlons plus de financer un projet qui pourrait avoir à long terme de gros bénéfice à la clé, m'exclamai-je voyant que ce qui était l'obsession du vieillard était le profit.
        - De l’argent et des bénéfices à gagner?! Mais il fallait le dire tout de suite! Allez entrer que l'on discute de ce projet."
Avec Dédale nous lui expliquâmes l'histoire du vieux journal et de l'idée que nous avions eu, le vieillard fût immédiatement conquis et accepta, sous réserve d'un bénéficie plus tard d'encore plus d'argent, de nous confier toutes ses richesses afin de préparer l'expédition.
 
 
         Maintenant que nous connaissions la direction à suivre et que nos dépenses allait être assuré il ne nous manquait plus que des hommes, des personnes qui n'ont pas d'attache ici, et à qui cela ne poserait aucun problème de partir refaire leur vie dans une nouvelle région.
 
Nous cherchions d'abord dans la taverne de la ville là où il y a le plus de personnes recherchant du travail ou avec des passés malheureux et voulant donc refaire leur vie ailleurs. Dans un coin sombre nous vîmes un homme aux oreilles longues et pointus et d'un habillage religieux.
        " On peut s’asseoir? Demanda Dédale
          - Oui bien entendu."
Son visage était ternit par la tristesse et le désespoir, on aurait dit que la vie même de cet être s'était enfuit.
        "Vous devez avoir un bien triste passé, d'où venez-vous?
        - Je viens d'une contré de l'ancien continent où les arbres était immenses et où nous autre..." Sa main commençait à trembler, comme si des souvenirs lui revenaient soudainement et le terrorisaient une nouvelle fois.
        -...où nous autres les elfes vivions en paix et en symbiose avec la nature. J'étais Librams, prêtres et représentant du peuple Ilanoïde vénérant la Déesse de l'eau Ilanoï. Mais ça c'était avant... avant ce jour emplit de malheur de tristesse… emplit de sang et de massacre… baigner dans la haine et la violence..." Les larmes lui montèrent aux yeux.
        "Mais qui a bien pu commettre une telle atrocité?
        - Les Galorines, peuple elfiques noir de la contrée du volcan Brazier... Ils ont décimés les miens alors que je rendais hommage à notre protectrice et divinité Ilanoï...Depuis ce jour j'ère sans but et sans vie..."
Assimilant ce récit atroce qui me retourna l'estomac, je voulu m'exprimer mais j'avais la gorge noué, du coup Dédale me précéda :
        "Ton passé est vraiment très sombre... Nous sommes ici pour créer une expédition et nous avons besoin d'homme, un homme de religion surtout sous la divinité de l'eau pourrait nous être fort utile... voudrait tu te joindre à nous?
        - Je ne sais pas vraiment... je ne suis pas assez digne pour aider qui que ce soit...
        - Nous ne cherchons pas des hommes dignes, nous cherchons de hommes désirant reprendre en main leur vie et pour ton cas, repentir tes pêchers.
        - Oui je te comprends et je pense que tu as raison, il faut que je la reprenne en main ma vie, je ne vais pas finir dans cette taverne pour le restant de ma vie! Je vais vous suivre dans votre expédition!"
Nous lui dîmes que nous le tiendrons au courant de l’avancement de nôtre expédition et que s’il avait des questions nous lui répondront avec plaisir. Dédale et moi répartîmes donc de la taverne avec une nouvelle recrue, mais ce n’était pas suffisant pour monter une vraie expédition.
 
          Ensuite nous avions besoin, afin de pouvoir entreprendre nôtre projet, d’outils et matériaux en tous genres, c’est pourquoi Dédale et moi nous dirigions vers la forge. Quand nous entrâmes dans ce lieu la chaleur nous envahit et une difficulté pour respirer ce fis ressentir.
        « Il y a quelqu’un ? Demanda Dédale »
Un homme sortis de l’ombre se nettoyant les mains avec un chiffon noircit par la crasse.
        « Bonjour messieurs que voulez-vous en cette belle journée ?
        - Oui nous avons besoin d’outils et plusieurs autres choses afin d’équiper notre expédition.
        - Une expédition c’est intéressant ça, vous comptez aller où et pour y faire quoi ? »
Nous lui expliquâmes l’histoire du journal et de ce que nous voulions entreprendre.
        « Ha je vois je vois, une bonne aventure en perspective, même plus qu’une simple aventure, c’est une nouvelle vie qui va s’ouvrir à vous.
        - Et oui un nouvel horizon, mais pour ça il nous faut du matériel et des hommes ! C’est pourquoi nous sommes là !
        - Oui je vous fournirais tous ce que vous me demander ne vous inquiétez vous serez bien équipé je vous l’assure. Mais en parlant d’homme, j’ai mon fils qui apprend le métier mais qui ne se sent pas à sa place ici dans la forge d’Oolacite, est-ce qui serait possible que vous l’emmeniez avec vous découvrir le reste du monde ? Et de plus il pourra vous fournir sur place de tous ce que vous avez besoin.
        - Hé bien ma foie ce serait avec grand plaisir que l’on recrutera votre fils pour notre expédition. »
Le forgeron s’en alla vers les hauts fourneaux où l’on pouvait entendre de puissants coup de marteau sur le fer encore chaud et étincelant. Il revînt vers nous quelques minutes plus tard avec un autre homme à ses côtés.
        « Ce doit être son fils, me chuchota Dédale, mais il m’a l’air un peu faiblard non ?
        - Je vous présente mon fils, SoFt_KinG, certes il ne semble pas aussi puissant que moi, mais ça précision de coup de marteau et sa maitrise parfaite des outils de gravure, lui permet en plus de forger des armes et outils de bonnes qualités de pouvoir les orner de gravures afin de personnalisé vos armes !
        - Parfait, rétorquai-je, une nouvelle recrue dans notre troupe, bienvenue SoFt_KinG, bienvenue dans l’expédition ! »
Notre commande passée pour le matériel et une nouvelle recrue à notre bataillon nous partîmes nous reposer dans notre maison et reparler de nos nouvelles recrue et de ce qui nous manquais avant de partir.
 
 
          N’ayant plus d’idée où chercher des hommes nous postions une affiche sur le panneau d’affichage de la ville ; « Cherche homme pour expédition sans retour vers nouvelles régions ; Rendez-vous taverne demain début d’après-midi. »
Le lendemain Dédale et moi partions pour la taverne pour y prendre de quoi manger et nous préparer à recevoir les candidats pour l’expédition. Nous y retrouvions Librams avec qui nous parlâmes de nos nouvelles recrues et de l’avancement des préparatifs de l’expédition.
          L’heure des visites était enfin arrivé, nous nous postâmes de manière visible dans la taverne et attendions les arrivants. Nous nous attendions à recevoir plusieurs personnes mais aucun ne vînt…Déçu de cette performance des plus médiocres au niveau du recrutement, nous nous préparions à repartir chez nous mais un homme vînt nous interpeller et nous demander si c’était nous qui avaient posté l’affiche sur le panneau d’affichage.
         «  Oui c’est bien nous, vous venez pour nous rejoindre ? s'exclama Dédale les yeux pétillants.
         - Oui en effet je m'appelle Ritankour et je suis un mineur, et vous comprenez je fais partis des premiers explorateurs qui sont partis de l’ancien continent pour Arthémis, et j’ai eu largement de quoi  visiter et récolter tous les minerais que pouvait ma fournir la région de la citée d’Oolacite. Et par conséquent étant un mineur qui aimerait continuer d’exercer mon métier et continué ma passion pour les donjons et autre temple dans les sous-sols de ce monde, j’aimerai vous accompagner dans votre expédition afin de pouvoir trouver de nouveaux sous-sols à explorer et exploiter.
         - C’est compréhensible et ce serai avec plaisir que tu pourras te joindre à nous. Dis-je
         - Et de plus je pourrai ainsi vous fournir en minerai et autres ressources des sous-sols.
         - Oui tu marques un point, du coup on va te donner plus de détails sur l’expédition. »
Dédale lui raconta alors, une bière à la main, comment il avait trouvé le journal, ce qui en découla, et ce que nous entreprenions maintenant.
L'air vraiment emballé par cette histoire, Ritankour nous demandait quand nous voulions partir. Je lui expliquais que nous étions encore à la recherche de plus d'hommes car nous partions pour une longue et périlleuse aventure.
 
 
          En attendant de recevoir des réponses d’autres candidats pour l’expédition,  Dédale et moi sommes allés nous renseigner au port afin d’acheter un bateau pour notre expédition. Arriver sur les quais nous pûmes voir les différents menuisiers travailler les planches des coques des bateaux encore inachevées. En longeant les différents docks nous arrivâmes enfin devant le bâtiment gérant les différentes activités de la marine. A l’intérieur de celui-ci se trouvait un comptoir avec un homme fort et barbue assis sur une chaise et se basculant sur les pieds arrière en train de somnoler. Je tapotai son pied qui était posé sur le comptoir afin de le réveil, pris d’un sursaut il bascula en arrière et s’écrasa au sol en emportant avec lui l’énorme registre du comptoir qu’il avait essayé de prendre comme attache pour ne pas tomber.
L’homme se releva se frottant la tête et clignotant frénétiquement des yeux afin de voir nettement : « Bonjour jeunes gens, désolé pour l’accueil, puis-je vous renseigner ?
-          Bonjour, se serais pour acheter un bateau afin de pouvoir réaliser nôtre expédition vers une contrée au paysage merveilleux ! s’exclama Dédale
-         Hum humm je vois le genre, c’est très intéressant, cela faisait un moment que personne ne m’avait fait ce genre de requête.
-         Et donc vous auriez des bateaux actuellement disponible pour ce genre d’expédition ? repris-je.
-         Cela dépend de quelques caractéristiques, tout d’abord combien êtes-vous pour le moment ?
-         Si je ne me trompe pas nous sommes actuellement 6 mais les recherches d’autres aventuriers se continue.
-         Donc un bateau avec un seul mat devrait suffire, je suppose que vous alliez emmener beaucoup de matériaux, donc une cale relativement grande est nécessaire. Aucun navire de ce type n’est actuellement disponible, mais figurez-vous qu’il y en a un en construction !
-         Ha mais cela est parfait ! De toute façon nous avons encore du temps il nous faudrait un peu plus de personnes pour l’expédition.
-         Le navire en question devrait-être terminé d’ici un mois. Je vais vous emmener à son entrepôt. Suivez-moi. »
L’homme sorti du bâtiment de la marine et se dirigea vers un entrepôt avec nous lui emboitant le pas. Arriver devant un entrepôt de taille moyenne par rapport à d’autre nous pouvions voir une coque de bateau retourner et pratiquement finaliser de bonne envergure. Le marin nous expliqua qu’il restait à faire le pont et tous ce qui était dessus, mat, cabine, et ce qui était en dessous, soit la cale. Il nous présenta ensuite à deux trois menuisier qui travaillais sur le projet, l’un deux retenait plus mon attention car il paraissait plus jeunes mais pas des moins habille. Voyant mon intérêt pour ce garçon le marin me dit qu’il était jeune mais plein de ressources, d’ailleurs il l’appela et nous le présenta : « Je vous présente Galache l’un des meilleurs en ce qui concerne le bois et un menuisier hors pairs.
-         Ne me valoriser pas autant maître, dis le jeune menuisier en rougissant.
-         Et modeste en plus ! Quel jeune homme remarquable, donc si vous avez des questions sur l’avancement de votre navire vous pourrez lui demander il sera là tous les jours à travailler dessus.
-         Enchanté Galache, je suis Narviath et voici Dédale, nous sommes en quêtes d’une terre nouvelle et allons donc acheter le bateau que tu construis actuellement pour notre expédition.
-         Heureux de vous rencontrer.
Après encore deux trois échanges de paroles et les formulaires pour l’achat du bateau fait, Dédale et moi partons rejoindre notre maison car il se faisait déjà tard. Ce fût une bonne journée où nous avons acheté notre bateau et où nous avons pu rencontrer de sympathiques personnes.
Deux semaines passèrent et chaque jours nous allions voire Galache pour suivre l’avancement du bateau il était chaque jour plus grand et plus beau, bientôt prêt pour affronter les vents et marées.
        Nous racontions à Galache notre histoire et les différentes péripéties de cette préparation d’expédition, et chaque jour je pouvais voire naitre puis augmenté une flamme dans les yeux de ce jeune menuisier, comme si il vivait avec nous notre histoire et qu’il voulait vivre la suite avec nous…
 
 
        Nous étions maintenant en hivers, et le froid ce faisait vraiment ressentir, je ne pouvais rien cultiver. Du coup avec Dédale on allait souvent à la taverne voir Librams en y invitant Ritankour ou SoFt_KinG quand il n’aidait pas son père. Nous faisions le point sur les préparatifs et listions ce qu’il nous manquait afin de ne rien oublier lors du jour J. Un matin où il bien faisait froid le sol en gelait, fréquent était les chutes sur ce sol glissant.
Dédale et moi allions comme à nôtre habitude faire un tour en ville pour voir si d'autres personnes avaient répondu à nos annonces, aujourd'hui il n'y avait rien, comme d'habitude, nous décidions donc d'aller voir Galache aux docks pour connaitre l'avancement du bateau.
Arriver sur les quais Dédale vis quelque chose briller dans les profondeurs des eaux du port, il s'approcha pour mieux voir et glissa sur un plaque de givre ce qui eut pour conséquence de le faire chavirer dans l'eau. A cette période de l'année elle devait avoisiner les 5° C, je me dépêchai, à l'aide d'autres marins sur le port, de le sortir de là en lui envoyant une corde, mais ce qui devais arriver arriva, il tomba grièvement malade, atteint d'une fièvre d'une puissance inouïe. Aucun des médecins de la ville ne savaient ce qu'il avait.
 
        Dédale passait ses journées dans son lit à souffrir de cette fièvre agonisante, il avait parfois des vertiges qui se déclenchaient, suivies de fortes nausées... Beaucoup commençais à perdre espoir voyant son état continuant de se dégrader... Mais moi, je ne voulais pas penser comme eux je voulais continuer de croire qu'il allait être sauvé, mais comment?
Chaque jour je postais de nouvelles annonces, chaque jour j'allais voir de nouveaux apothicaires afin de pouvoir trouver quelqu'un pouvant sauver mon frère.
        La vie de Dédale était vraiment comptée... mais contre toute attente venue de nulle part, un homme vêtu d'un long manteau entra dans ma maison claquant la porte. Je voulu lui demander qui il était et que faisait-il là mais il me repoussa et je retombai sur ma chaise près de lit où était Dédale.
        L'homme ouvra son manteau en sorti deux tubes à essai, l'un rempli d'une substance rouge et l'autre d'étrange herbe sèche au grain bleuté, il prit une herbe et la mise dans le tube où était la substance rouge et le tout devint violacé. Il releva la tête de Dédale et lui fis boire. De mon côté je restais là sur ma chaise paralysé par ce qui se passait. La souffrance que ressentait Dédale diminuait à vue d’œil, l'homme se tourna vers moi et me dis qu'il était maintenant sauvé et qu'il se rétablira vite après du repos.
        "Mais qui êtes-vous?!
        - Je me présente Leryo, alchimiste complet venant de Minastopia pour vous servir.
        - Mais comment avez-vous su pour mon frère?
        - Je suis nouveau en ville et je voulais me faire un nom en proposant mes services d'apothicaire et j'ai entendu parler d'un homme dont personne ne savait ce qu'il avait et d'après les symptômes décrits ce n'était rien de plus qu'une grippe.
        - Je vous remercie du fond du cœur de l'avoir sauvé... je ne sais comment vous remercier...
        - Ce n'est rien, ce n'est rien juste un peu de savoir-faire et c'était bon.
        - Je vous redevrai ça, vous voulez boire quelque chose et qu'on discute un peu vu que vous êtes nouveau vous devez avoir plein de question.
        - Ce serai avec plaisir que je discuterai avec vous, je pourrai ainsi surveiller l'état de votre cher frère."
        Nous avons parlé pendant plusieurs heures, de nos vies avant le nouveau continent, de ce que nous espérions de celui-ci, et de nos projets, je finis donc pour lui parler de nôtre projet de partir à la conquête d'une contré sublime au paysage merveilleux. Je vis sa soif de découverte grandir dans ses yeux et comme je mis attendais il me demanda s'il pouvait se joindre à nous en tant que chercheur, alchimiste et apothicaire. C'est à ce moment-là que Dédale ouvrit les yeux et voulu ce relever, je pris cela comme un signe divin et accepta qu'il nos rejoigne.
 
 
Je me dirigeai rapidement prêt du lit où était Dédale et je l’aidai à se relever, il avait encore l’air très fatigué mais la souffrance avais quitté son visage. J’étais soulagé de savoir sa vie enfin sauve. Très vite Dédale après cette tentative de retour parmi nous se rendormit mais l’air apaisé. Je remis en place sa couverture et raccompagna Leryo à l’entrée de chez moi, et lui souhaita une agréable fin de soirée et en le remerciant une dernière fois pour ce qu’il avait accompli. Enfin soulager une grande fatigue s’abattu sur moi comme si elle s’était accumulé et était resté camouflé par le stress que je ressentais, mes yeux ce fermèrent et je m’endormi assis sur ma chaise la tête dans mes bras posés sur la table.
 
             Je fusse réveillé par les premières lueurs du soleil qui vinrent éblouir ma vision. Ma vue redevint de plus en plus net et je pu voir Dédale encore endormis le sourire aux lèvres, je rangeai la table utilisé hier lors du passage de Leryo, et fis un peu de ménage dans cette maison. Lorsque la pendule annonçait les premiers coups de midi, Dédale émergea enfin de son long sommeil. Je l’aidai à se redresser sur son lit, il se frotta les yeux et me regardait d’un air si heureux qu’on aurait dit que cela faisait une décennie qu’il ne m’avait pas vue, même si il la déjà fait.
            « Bon retour parmi-nous, monsieur le grand malade. Lui dis-je un sourire niais au visage
-         Que m’est-il arrivé ?
-         Tu as été grièvement malade pendant plus d’un mois mais un apothicaire de l’ancien continent à réussit à te sauver alors que pour beaucoup il n’y avait plus d’espoir pour ta vie…
-         C’est vrai ? Je ne me rappel de rien… à si je suis tombé dans l’eau du port après avoir vue quelque chose de brillant dans ses fonds.
-         Oui c’était il y a un mois, depuis tu étais entre la vie la mort. »
Je trouvai cela bizarre qu’il ne se rappel vraiment de rien, car il était pourtant de nombreuses fois éveillé à crier de souffrance, je me dis que cela était dû au remède de l’apothicaire et ne me posa pas forcément plus de question sur le moment.
            Je servis un bon repas à Dédale qu’il engloutie entièrement en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. L’après-midi venu je lui proposai d’aller voir l’avancement du bateau et prendre des nouvelles de chacun de nos compagnons de d’expédition, ce qu’il accepta avec joie. Nous nous préparâmes donc et partîmes pour le port.
 
            Arriver aux docks numéro quatre, là où était nôtre bateau, nous trouvions le dock vide, aurait-il stoppé la construction et vidé le dock voyant nôtre absence de longue durée, même si tout le monde savait pour l’état de Dédale.
            « Hey les amis ! » La voie venait de derrière nous, en se retournant nous voyions Galache à bord d’un magnifique bateau, les voiles replier.
            « Mais que fais tu as bord de ce navire ? Tu ne devais pas construire le nôtre ? s’exclama Dédale étonné.
-         Je vous le présente L’Inaoïa ! C’est votre navire, il est enfin terminer et prêt à vivre de grande histoire avec vous.
-         Non ce n’est pas vrai il est enfin terminer ! Quelle joie ! Il nous faut prévenir les autres qu’ils se préparent, car l’aventure nous tend enfin pleinement les bras !
-         Mais avant ça monté donc à bord visiter un peu.
-         Ce serait avec grand plaisir ! »
Dédale et moi pûmes donc grâce à Galache visiter ce bateau nommé Inaoïa. Nous étions conquis par chaque planches qui constituait ce bateau, c’était un vrai travail de maître, ce petit menuisier nous avais bien caché ces si prodigieux talents.
 
            Lorsque nous sommes descendu du bateau Dédale et moi dîment au revoir à Galache et partirent en direction de chez nos compagnons. Tout d’abord chez Baptiste que nous remercions encore pour son investissement, ensuite nous allions voir Librams qui était toujours à l’auberge d’Oolacite, le suivant était SoFt_KinG notre forgeron au soit disant doigts de fée, notre mineur jamais rassasié par les découvertes minière fut le prochain, et nous avons terminé nôtre petite prise nouvelles, et annonce de l’embarquement dans 5 jours, en allant voire la dernière recrue, Leryo. Je pu le présenter à Dédale et lui expliquer que c’était lui qui l’avait sauvé, il le remercia et lui souhaita la bienvenue à bord.
 
            Le compte à rebours avant le départ était lancé, que chacun des aventuriers prépare son paquetage, car l’aventure commence vraiment maintenant !

_________________
Ἰχθὺν νηχέσθαι διδάσκεις.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'histoire de Luxury!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arthemis :: Luxury :: Histoire de Luxury-
Sauter vers: